Le climat, perd-il la boule ?

rubrique Le Courrier- Dérèglements Climatiques-

Limiter les transports

   Oui, je suis convaincu que le climat se dérègle. Les printemps trop tôt, les étés trop turbulents et parfois une chaleur bizarre, le soleil qui brûle trop fort et parfois des quantités exceptionnelles de pluie. C’est comme si le climat mondial cherchait à trouver un nouvel équilibre, lequel peut être non viable pour l’homme et les animaux. La marge, dans la dépendance étroite de toutes les espèces aux conditions climatiques précises, est souvent surestimée, surtout par les intellectuels qui passent leur temps dans des espaces climatisés.

   Vu cette dépendance étroite, vu la fragilité des conditions climatiques, vu les grandes conséquences de très longue durée qui peut avoir un climat instable et déréglé, il faut que le gouvernement prenne sa responsabilité tout de suite en décourageant et diminuant toute la mobilité superflue, et prépare des mesures pour que la production, la consommation, le tourisme, les loisirs, les sports, etc. soient plus locaux afin que les déplacements en voiture et en avion puissent être minimalisés. Il faut également apprendre aux jeunes à se contenter d’un environnement limité mais stable et intact.

   La terre et l’atmosphère semblent ne pas supporter la quantité de transport et de mobilité d’aujourd’hui. Résoudre ce problème est urgent parce que personne ne peut dire quand cette situation commence à glisser fatalement en bas.

j. nijssen

Verschenen in La France Agricole, 28 janvier 2000, N°2822, pag. 7